Catégorie : Publication

Vivre sous la menace. Les sans-papiers et l’État

En 2007, Stefan La Courant, jeune anthropologue, pousse la porte des locaux de rétention administrative (LRA), où sont détenues les personnes en situation irrégulière. Bénévole pour l’association d’aide aux étrangers la CIMADE, il suit durant quatre ans plusieurs dizaines de sans-papiers, en rétention et au dehors, dans leur quotidien régi par la peur de l’arrestation et l’espoir de régularisation.

Stefan Le Courant, docteur en ethnologie, est chargé de recherche au CNRS.

Plus d’infos

MNA ou pas, l’enfant a le droit à l’école, un toit et des papiers

Le Poing est un média d’informations consacré aux luttes sociales sur Montpellier et ses alentours.
Créé en novembre 2013 à Montpellier, Le Poing a déjà édité 34 journaux papiers, distribués à la criée.
Dans son dernier numéro papier (n°35, premier semestre 2022), Le Poing consacre un dossier aux mineur·e·s non accompagné·e·s : parcours des mineur·e·s isolé·e·s, tests de maturation osseuse, structures d’accueil, parrainages, scolarisation….
Découvrez ces témoignages de militants, à Montpellier et à Nîmes…

Le site du Poing
Le dossier MNA (PDF)

Rapport sur la santé mentale des mineur·e·s non accompagné·e·s

Dans le rapport « La santé mentale des mineurs non accompagnés – Effets des ruptures, de la violence et de l’exclusion » paru aujourd’hui, Médecins Sans Frontières (MSF) et le Comede (Comité pour la santé des exilé·e·s) alertent sur les conséquences de l’exil et de la politique de non-accueil de la France sur la santé mentale d’un nombre important de mineur·e·s non accompagné·e·s (MNA) qui ne sont pas pris·es en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE).
En plus de majorer les pathologies psychiques préexistantes, les conditions de vie précaires des MNA favorisent l’apparition de nouveaux troubles. En effet, parmi les 395 patient·e·s des psychologues, 50% sont atteints de troubles réactionnels à la précarité et 37% de syndromes psychotraumatiques. Ces constats sont le fruit de plus de trois ans de pratique clinique auprès des MNA dans le centre d’accueil de jour situé à Pantin en Ile-de-France.

Plus d’infos
Le rapport en PDF : ici

Le rapport qui contredit les idées reçues : les immigrés ne coûteraient quasiment rien à l’État

L’OCDE affirme que l’impact sur les comptes publics est faible dans un rapport rendu ce jeudi 28 octobre.
Des chiffres face aux idées reçues. En faisant le ratio entre les contributions versées par les immigrés et les dépenses publiques que leur consacre l’État, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime que ce coût s’équilibre et peut même s’avérer positif, dans une étude publiée ce jeudi 28 octobre, très scrutée à l’approche de l’élection présidentielle.

Plus d’infos
Voir aussi le rapport de 2013 (PDF)

Les “moments MNA”, espace-temps transitionnels

Présentation d’une étude qui s’applique à mieux cerner la “transition des jeunes en ce moment particulier” (en France, sous couvert de la protection de l’enfance) entre un monde (l’enfance, le pays natal) à un autre, celui de l’âge adulte qui leur faudra préparer et vivre dans un autre pays.

PRADES J-L. (2021, Mai). Les moments “mna”, espaces-temps transitionnels. In Les Cahiers de l’Actif.

n°540-541, pp. 165-204.

Plus d’infos

La représentation légale des mineurs isolés étrangers :tutelle, délégation d’autorité parentale, administrateur ad hoc

Si la mesure d’assistance éducative prononcée par le juge des enfants en faveur d’un·e mineur·e isolé·e permet d’assurer sa protection, elle ne règle pas les questions liées à l’exercice de l’autorité parentale, et en particulier de sa représentation légale. Du fait de sa minorité, l’enfant ne peut agir seul et reste juridiquement sous l’autorité de ses parents. Dès lors que les parents d’une mineure ou d’un mineur isolé ne peuvent plus exercer leur autorité parentale du fait de leur éloignement (ou de leur disparition dans les situations les plus dramatiques), qui va pouvoir donner les autorisations nécessaires pour les actes importants de sa vie et agir en son nom pour défendre ses intérêts ?
C’est à cette question que s’attache à répondre la présente note pratique. Elle rappelle, en outre, les compétences respectives des juges des enfants et des juges aux affaires familiales. Elle aborde aussi la situation des mineur·es faisant l’objet d’une mesure pénale. Enfin, elle précise les différentes hypothèses de désignation d’un administrateur ou d’une administratrice ad hoc.

Plus d’infos