Catégorie : Défense des étranger·ère·s

Les rendez-vous en Préfecture souvent difficiles à obtenir

Obtenir un rendez-vous pour déposer une demande au service des étranger·ère·s de certaines préfectures est devenu ces dernières années un véritable parcours d’obstacles.
Les guichets sont de moins en moins ouverts au public, il faut très souvent avoir accès à internet pour demander une carte de séjour ou son renouvellement, un document de circulation pour étranger·ère mineur·e, un titre de voyage pour réfugié·e, pour signaler un changement dans sa situation, déposer un dossier en matière de nationalité, ou faire enregistrer une demande d’asile.
Ce document réalisé par la CIMADE (Comité Inter-Mouvements Auprès Des Évacués) et le Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés) recense différentes démarches pour faciliter le parcours et propose une série de documents utiles

Plus d’infos (PDF – déc 2020)

Pour un arrêt de la maltraitance des personnes exilées à Calais

150 associations (dont Ados sans Frontière) nationales, régionales et locales, expriment leur soutien aux revendications des grévistes de l’église Saint-Pierre à Calais, réclamant la fin immédiate des traitements
inhumains et dégradants contre les personnes exilées dans cette zone frontalière.
Face aux conditions de vie indignes des personnes exilées à Calais, Philippe, Anaïs et Ludovic ont entamé une grève de la faim depuis le lundi 11 octobre à l’église Saint-Pierre de Calais.
Les revendications des trois grévistes de la faim :
Suspension des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements durant la trêve hivernale
• Durant cette même période, arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées
Ouverture d’un dialogue citoyen raisonné entre autorités publiques et associations non mandatées par l’État, portant sur l’ouverture et la localisation de points de distribution de tous les biens nécessaires au maintien de la santé des personnes exilées.

Communiqué de presse (PDF)
Pétition (plus de 44 300 signataires à ce jour)

Le Puy-en-Velay : les parents d’accueil de Madama placés en garde à vue et perquisitionnés

Convoqués par la police aux frontières, Véronique de Marconnay et Eric Durupt se sont rendus à la gendarmerie de Loudes. Là, les parents d’accueil de Madama, le jeune Malien aujourd’hui clandestin, ont été placés en garde à vue séparément de 8h du matin jusque dans l’après-midi.
Ensuite, leur domicile a été perquisitionné sous leurs yeux. Leurs ordinateurs (outils de travail des deux enseignants) et un téléphone portable ont été saisis.
Selon ces organisations, c’est la première fois, en France, qu’une famille qui accueille des mineur·e·s isolé·e·s sur décision d’un juge des enfants est poursuivie pour complicité de faux, usage et détention de faux… en l’occurrence les papiers d’identité de Madama, qu’ils affirment venir de l’État civil défaillant du Mali.

Plus d’infosPétition

Accueil des exilés : en Italie, une condamnation indigne

Son modèle d’accueil et d’intégration avait fait le tour du monde, avant de s’effondrer sous les attaques de l’extrême droite. Domenico Lucano, ex-maire de Riace, en Calabre, vient d’être condamné à plus de treize ans de prison par la justice de son pays.
Avec une violence inouïe, la justice italienne vient de signer la fin d’un modèle d’accueil des réfugiés, qui fut pourtant célébré dans le monde entier : celui de la petite ville calabraise de Riace. Son artisan, Domenico (dit « Mimmo ») Lucano, maire de 2004 à 2018, vient d’être condamné par le tribunal de Locri (Calabre) à une peine « lunaire et exorbitante », selon son avocat, qui fait appel : treize ans et deux mois de prison.

Plus d’infos

Les 80 ans de la Cimade : Journées d’étude du Mémorial de Rivesaltes

Dans le cadre des 80 ans de la Cimade et à l’occasion de ses Journées d’études, le Mémorial du Camp de Rivesaltes consacre une série d’entretiens et de webinaires à l’action et l’engagement des œuvres de secours, du camp de Rivesaltes à nos jours.
Deux entretiens permettront de croiser les regards de l’historien (Denis Peschanski, directeur de recherches CNRS), du militant (Henry Masson, président de la Cimade) et de l’élu (Damien Carême, député européen) sur l’accueil des réfugiés d’hier à aujourd’hui.
En raison des contraintes sanitaires, cette édition se tiendra uniquement en ligne, en partenariat avec la Cimade et l’Université de Perpignan – Via Domitia (UPVD).

Présentation vidéo des Journées d’études : ici

Jeudi 6 mai, 19h30 : La Cimade : 80 ans d’adaptation au droit des étrangers en France (Rencontre en ligne avec Henry Masson et Denis Peschanski – durée 40 min : ici)

Mardi 18 mai, 14h30 : Les organisations de défense des étrangers et les politiques migratoires. Regards croisés de deux sociologues (Webinaire avec Nicolas Fischer et Mathilde Pette – durée 1h30 : Sur inscription via Zoom, confirmation par retour de mail : ici)